Le monde de la BD se mobilise contre la mucoviscidose

Publié le par CasaNostra

Pour la seconde fois le monde de la bande dessinée se mobilise au profit de la recherche sur la mucoviscidose à travers le projet Zef'hir.

 

Porté par l’association Gaétan Saleün, le projet Zef'hir a un double objectif : collecter des fonds pour aider la recherche sur la mucoviscidose et rassembler un large public en sensibilisant chacun aux urgences de la recherche sur cette maladie générique tout en faisant découvrir le monde de la BD et de l’illustration au plus vaste public.

La première édition a rassemblé 182 dessinateurs, 37 illustrateurs et 18 scénaristes qui ont fait don de plus de 400 œuvres et objets mis en vente qui ont rapporté plus de 33 000 euros, soit le salaire d’un ingénieur de recherche qui pourra travaillé pendant un an sur un projet de recherche lié à la lutte contre la mucoviscidose.

Pour cette deuxième édition, place aux super-héros car les malades, le personnel soignant, les familles sont des supers-héros du quotidien et chacun peut en devenir un en participant à Zef'hir. Les 70 bénévoles seront entourés de Patrice Pellerin et Serge Fino, parrains de cœur et d'André Juillard, Patrick Prugne et Pascal Moguérou, parrains de cette seconde édition. Juillard, Achde, Lepage, Pellerin, Chabouté, Hardy, Schuitten, ZEP, Neel, Rabaté, Kraen, Aouamri, Riff’s Reb... au total plus de 230 auteurs, dessinateurs, illustrateurs et scénaristes, participeront à l’événement.

Lors de la vente aux enchères ou à prix fixe de planches et illustrations seront proposés plus de 400 objets avec une possibilité d'achat sur place ou à distance par internet et téléphone.

Un comics dont le super-héros Zefman, entouré du Garde et de Fox Boy, est créé à cette occasion par des auteurs présents le jour de la vente.

 

Pratique :

Samedi 29 novembre 2014, de 10h00 à 17h00, Océanopolis, port de plaisance du Moulin Blanc, Brest.

 

Contact :

02 98 01 67 05, organisation@zefhir.fr, www.zefhir.fr, Facebook / Zef'hir - La BD pour aider la recherche sur la mucoviscidose, twitter / @ZefHirBD

L'affiche de l'édition 2014

L'affiche de l'édition 2014

Voir les commentaires

Sixto au festival du Livre en Bretagne de Carhaix

Publié le par CasaNostra

Les 25 et 26 octobre prochains se tient la 25ème édition du Festival du Livre en Bretagne à Carhaix.

 

Véritable vitrine, le temps d’un week-end, de l’édition en Bretagne, le festival du livre de Carhaix accueille une centaine d'éditeurs des cinq départements de la Bretagne historique et plus de 140 auteurs.

Sixto y présentera l'ensemble de sa création éditoriale et le public pourra rencontrer Briac, auteur, notamment, de La Nuit Mac Orlan.

D'une pierre deux coups, profitez de votre venue à Carhaix pour visiter à la médiathèque l'exposition consacrée à Youenn Gwernig, musicien et écrivain de talent, on pense à La Grande tribu notamment, qui fut le premier président du festival du livre de Carhaix en 1990.

Notez que Sixto réédite le mois prochain le premier roman de Arnaud Le Gouëfflec, Basile et Massue, Prix de la Ville de Carhaix en 2004...

A samedi

 

Pratique : Entrée gratuite - Espace Glenmor – Centre des Congrès, rue Jean Monnet, Kerampuilh, Carhaix.

L'affiche de l'édition 2014

L'affiche de l'édition 2014

Voir les commentaires

L'Ormeau crie son amour pour La Nuit Mac Orlan

Publié le par CasaNostra

Il y a de cela quelques jours Le Cri de l'Ormeau, revue culturelle des Côtes d'Armor, a chroniqué l'album né de la collaboration entre Arnaud Le Gouëfflec et Briac.

Artiste prolifique et aux multiples facettes, à la fois romancier, peintre et poète, Pierre Mac Orlan (1882-1970) est l’auteur de Quai des brumes, et de nombreuses aventures ayant pour cadre des ports où nichent marins de passage et bars embrumés.
Marin, jeune étudiant qui prépare une thèse sur Mac Orlan, se fait déposséder de ses biens et se retrouve accusé de meurtre. Il rencontre Teuz, artiste marginal, qui l’accompagne dans une virée nocturne et énigmatique dans la brume nocturne de Brest, cadre typique des romans de Mac Orlan.
Avec Arnaud Le Gouëfflec (J’aurai ta peau, Vilebrequin) à la plume, Briac (Armen, Les Gens du Lao-Tseu) nous livre une peinture sombre et tourmentée qui plonge le lecteur dans les méandres et le mystère d’une course poursuite nocturne pleine de subtilité. Dans cette marche nocturne qui fleurte avec l’étrange ou le fantastique, se croise les personnages du romancier et de nombreux clins d’œil à son œuvre. Une très belle mise en abîme de l’œuvre de Mac Orlan, d’une troublante habileté, qui raconte le "fantastique social", notion par laquelle Mac Orlan définissait la part du mystère du monde contemporain. 

 

Couverture de La Nuit Mac Orlan

Couverture de La Nuit Mac Orlan

Voir les commentaires

Les éditions Sixto à Quai des Bulles

Publié le par CasaNostra

Les 10, 11 et 12 octobre prochains se tiendra à Saint-Malo la 34ème édition de Quai des Bulles, festival de la bande dessinée et de l'image projetée. A cette occasion venez retrouver les éditions Sixto sur son stand.

Cette année encore, pas moins d'une dizaine d'expositions sont proposées aux fans du neuvième art dont une rétrospective sur le travail de l'auteur breton Bruno Le Floc'h, Horizons…, regard croisé avec Oceano nox de Victor Hugo. Le festival accueille aussi près de 500 auteurs, une centaine d'éditeurs, des fanzines et de la para-bd.

N'hésitez pas à venir nous rejoindre sur notre stand, le D 17 ! Vous pourrez ainsi rencontrer nos auteurs, Olivier Keraval, Jean-Pierre Bathany, Lambda, Cyrille Launais, ainsi que Briac.

L'affiche du festival 2015 par Frederik Peeters

L'affiche du festival 2015 par Frederik Peeters

Voir les commentaires

Briac invité du festival BulleBerry

Publié le par CasaNostra

Briac est l'un des invités du festival BulleBerry ce week-end à Bourges.

Pour répondre au thème – l'audace – de la dix-huitième édition du festival BulleBerry, samedi 4 et dimanche 5 octobre, l'Italien Theo, auteur de l'affiche, n'a pas hésité à dessiner la cathédrale Saint-Étienne, la tête en bas !

Une trentaine d'auteurs, dont Laurent Astier et Vincent Pompetti, sont attendus en dédicace, salle du Duc Jean, et sept expositions sont à découvrir dans la ville, pendant ces deux jours dédiés à la BD.

Briac, pour sa part, expose ses originaux au Château d’eau du 4 octobre au 2 novembre (vernissage de l’exposition le 4 octobre à 11 heures). Par ailleurs, il rencontrera le public tout au long du festival.

 

 

 

 

L'affiche du festival BulleBerry 2014

L'affiche du festival BulleBerry 2014

Voir les commentaires

Terre du Noir vous conseille La Nuit Mac Orlan

Publié le par CasaNostra

Le blog Terre du Noir nous parle de sa Nuit Mac Orlan !

Marin arrive à Brest pour y rencontrer un bouquiniste qui posséderait un manuscrit inédit de Pierre Mac Orlan, l'auteur du célèbre Le Quai des brumes. Bientôt, il se retrouve en cavale dans la nuit brestoise, traqué par la police, cherchant à reconstituer les morceaux d'un puzzle diabolique.

Zoom sur une BD. J'avais découvert le dessinateur Briac grâce à Armen, publiée en 2008 aux éditions Télégramme. Aujourd'hui, c'est avec La nuit Mac Orlan que je poursuis mon exploration.

Briac s'est associé à Arnaud Le Gouëfflec pour créer ce one-shot singulier et sombre.

L'histoire ? Marin est un éternel thésard qui traîne pour finir son travail sur l'écrivain Mac Orlan. Un jour, il est appelé par un bouquiniste de Brest qui prétend être en possession d'un manuscrit inconnu de Mac Orlan. Piqué au vif, Marin s'en va donc à Brest rencontrer ce curieux bonhomme mais sitôt arrivé, il est assommé.

Je n'en dirai pas plus et laisserai au lecteur la joie de découvrir la fin de ce récit.

Je ne suis pas connaisseur ni de BD ni de Mac Orlan. Cependant, ce livre est passionnant. Le récit se déroule en une nuit qui paraît ne jamais finir. D'ailleurs, Marin ne demande t-il pas : "Il fait toujours nuit dans cette ville ?"

Le scénario de Le Gouëfflec est précis et sans fioriture. Les discours touchent toujours au but :

"- Il est mort ?

- Sûrement plus que nous..."

Je dois avouer que celle-là, j'ai adoré !

Tout au long du récit, on navigue entre le réel et le fantastique, ne sachant pas vraiment lequel va prendre le dessus sur l'autre. Comme pour perdre aussi le lecteur dans cet univers bien particulier. Je suppose que les amateurs de Mac Orlan prendront beaucoup de plaisir à la lecture de cette "nuit" mais les novices, comme moi, ne sont pas en reste également.

Le dessin. Parlons du dessin maintenant. Je vous l'ai dit plus haut, j'avais découvert le style de Briac avec Armen, l'histoire du célèbre phare breton pendant la seconde guerre mondiale m'avait accroché. Plus encore, les dessins de l'artiste. Comme pour les tableaux de maître, je préfère nettement les styles dépouillés que les reproductions parfaites d'un personnage ou d'un paysage. Et avec Briac, je suis servi ! Tout comme le scénario, le dessin ne s'encombre pas de détail. Décors et personnages sont dépouillés mais cela confère à la BD une force et une originalité certaine. Certaine planche de la BD pourraient aisément trouver leur place sur un mur tant elles ressemblent à des tableaux.

Quelque chose qui est facilement identifiable et ça, c'est plutôt une excellente chose dans un monde où la tendance est plutôt à l'uniformité et l'aseptisation de tout ce qui nous entoure. Enfin deux auteurs qui osent prendre la tangente pour s'éclater dans ce qu'ils font !

Ah oui, avant de finir : Les personnages sont très bien travaillés. Aussi bien au niveau de l'écriture que du dessin. Ce sont de VRAIS personnages, avec un vrai physique chacun, une vraie personnalité et ça s'est typique d'un bon roman noir.

Enfin, le clin d'œil de la dernière planche est génial.

 

 

 

Terre du Noir vous conseille La Nuit Mac Orlan

Voir les commentaires

Les bonnes ondes de Greg Bod

Publié le par CasaNostra

Louons Greg Bod, car avec lui la curiosité n'est plus un vilain défaut !

Animé du goût des autres, passionné de vidéo, de musique, de photographie, de littérature et d'histoire, l'animateur du Cabinet des curiosités sur Radio U (101.1), se fait passeur. Et comme les grandes et belles choses ne se font jamais seul, il est épaulé dans sa création radiophonique par Dave Le Monocle et Matthieu Dufour.

Retrouvez les sept émissions qu'il nous propose autour de La Nuit Mac Orlan. On y entend Arnaud Le Gouëfflec, Briac, Pierre Mac Orlan, et Lionel Durand du collectif Sixto.

 

Les bonnes ondes de Greg Bod

Voir les commentaires

Briac et Le Gouëfflec dans la nuit Mac Orlan

Publié le par CasaNostra

Gérard Alle a signé une chronique de La Nuit Mac Orlan dans le dernier numéro de Pages de Bretagne, revue professionnelle éditée par Livre et Lecture en Bretagne.

 

« Avec Briac, ça fait un moment qu’on avait envie de travailler ensemble. » Ici, c’est la complicité entre le scénariste, Arnaud Le Gouëfflec, et le dessinateur, Briac, qui est le point de départ du projet. Comme souvent. Quant au sujet… « Sophie Laot, grande spécialiste de Mac Orlan, m’en parlait tout le temps, se souvient Arnaud. Elle me donnait des livres à lire. À force, je me suis pris au jeu. » Pour le scénariste, ce qui saute aux yeux, en premier lieu, c’est le personnage aux multiples facettes, auteur de chansons, de romans, de photographies, touche-à-tout, comme lui… « C’est même un précurseur de la BD, avec son camarade Gus Bofa, qui lui aurait conseillé d’arrêter la peinture et a fait de lui, dans leurs productions communes, une sorte d’ancêtre du scénariste de bande dessinée. » Et puis, il y a l’ambiance portuaire du film Le Quai des brumes. Il y a aussi la présence de Brest dans l’œuvre de Mac Orlan, cette ville qui colle tant à la peau d’Arnaud. Finalement, il a dégotté les œuvres complètes de Mac Orlan d’occasion. « Je ne dis pas que j’ai tout lu. Mais les acheter, c’est accomplir une sorte de geste rituel ; c’est totémique. Cet homme était complètement barré, hanté par des thèmes récurrents qui m’ont servi à écrire cette histoire : la lanterne, le marin, le cabaret, les squelettes, la brume, et, surtout, la nuit. » Plutôt que pour une biographie ou une adaptation, les auteurs ont opté pour une plongée dans le Brest d’aujourd’hui, où un étudiant vient faire des recherches dans le but d’en finir avec sa thèse sur Mac Orlan. Un bouquiniste brestois lui a parlé d’un manuscrit inédit. Brest sert de décor, comme dans les livres de Mac Orlan.

Le style expressionniste de Briac, lui aussi grand amoureux de la cité du Ponant et lecteur de Mac Orlan, sert à merveille cette ambiance, par une peinture épaisse, d’où émergent les personnages, comme englués dans le jus âcre et acrylique de la nuit brestoise. On pressent que les auteurs ont dû y tremper, eux aussi, plus d’une fois, plumes et pinceaux, et peut-être bien corps et âme.

 

Quelle ambiance au port de Commerce !

Quelle ambiance au port de Commerce !

Voir les commentaires

Exposition La Nuit Mac Orlan

Publié le par CasaNostra

Du 8 septembre au 18 octobre la MJC/MPT de l'Harteloire organise l'exposition de planches originales issues de l'album de bande dessinée La Nuit Mac Orlan de Arnaud Le Gouëfflec et Briac, paru aux éditions Sixto.

Le vernissage, qui se fera le vendredi 26 septembre à 18h30, sera précédé d’une rencontre-dédicace à partir de 16h30.

La Nuit Mac Orlan
Marin, un universitaire spécialiste de Pierre Mac Orlan, arrive à Brest pour y rencontrer un curieux bouquiniste qui doit lui communiquer un manuscrit inédit de l’écrivain. Bientôt, il se retrouve en cavale dans la nuit brestoise, traqué par la police, cherchant à reconstituer les morceaux d’un puzzle diabolique.
L’aventure emprunte aux thèmes de l’œuvre de Pierre Mac Orlan : une femme tentatrice, un bourreau, la mer, le monde de la nuit, quelques squelettes phosphorescents, un pirate... Marin est-il devenu un personnage de roman ? Est-ce un tour de son imagination ou une terrible machination ?

Affiche de l'exposition

Affiche de l'exposition

Voir les commentaires

La Nuit Mac Orlan dans les pages d'Armen

Publié le par CasaNostra

Où il est question d'une bande dessinée qui nous mène à Kerouac, Genet, Hadenge, Carn et Gloaguen. La classe !

 

Que savons-nous de Pierre Mac-Orlan, qui ne s'appelait même pas vraiment ainsi ? À vrai dire peu de choses. Nous colportons toujours les mêmes anecdotes pauvres : jeune, il aurait vécu à Brest, laquelle lui aurait inspiré le texte de la chanson Fanny de Laninon, les romans L'Ancre de miséricorde et Le Quai des brumes, la nouvelle Port d'eaux mortes. Au mieux, nous nous souvenons encore de sa juste évocation de la Penfeld au sein de Villes, l'un de ses derniers ouvrages : « Les vedettes parcourent ses eaux calmes ; des remorqueurs tracent dans ses eaux sombres des sillons de charrues laborieuses, les destroyers se groupent autour de leur horloge commune. »

La lecture de La Nuit Mac Orlan, superbe BD d'Arnaud Le Gouëfflec et Briac, ne nous en apprendra guère plus d'un strict point de vue bioblibliographique, mais elle nous plongera d'emblée, et pour nos délices, dans la manière palpitante de l'écrivain qui considérait que « l'aventure n'existe pas. Elle est dans l'esprit de celui qui la poursuit, et dès qu'il peut la toucher du doigt, elle s'évanouit pour renaître bien plus loin, sous une autre forme, aux limites de l'imagination. » L'imagination d'Arnaud Le Gouëfflec, elle, n'a pas de limites : elle le mène à créer une palpitante histoire noire, qui conduit son héros, Marin, venu à Brest sur les traces de l'ultime manuscrit inédit de Mac Orlan, dans les lieux les plus interlopes du Ponant. Ce « Brest mythologique » nous séduit infiniment : c'est celui de Mac Orlan bien entendu, mais aussi, en creux, celui de Genet, de Kerouac, de Philippe S. Hadenge, d'Hervé Carn ou d'Alexis Gloaguen. Surtout, c'est le nôtre, tel exactement que toujours nous le rêvons quand nous remontons sous la pluie bleue l'escalier à double volée qui mène du port au cours Dajot ou quand nous longeons les murs hérissés de tessons de l'enceinte de la prison de Pontaniou. Les planches de Briac, pétries de toutes les déclinaisons du noir et du gris, mais aussi des rouges et des verts éclatants – rappel obstiné des bouées bâbord et tribord qui balisent l'entrée vers les bassins et les docks - rendent à la ville ainsi magnifiée sa plus belle justice. Splendeur de ses grues et de ses trams, des hautes tours carrées de sa gare et de son monument américain, de ses ponts et de ses places. Le lettrage sensible et précis de Philippe Marlu, artiste complet qui évolue dans le même univers mental que Le Gouëfflec et Briac (que l'on songe seulement à sa chanson « Jésus la Caille » inspirée du roman éponyme de Francis Carco), parachève ce petit bijou.

Alain-Gabriel Monot, Armen

 

La Nuit Mac Orlan dans les pages d'Armen

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog